La NASA choisit deux missions pour étudier Vénus de plus près
NASA

La NASA choisit deux missions pour étudier Vénus de plus près

Damien "Von"
Damien "Von"

La NASA vient d'annoncer le résultat du concours Discovery 2019 sur son site : deux nouvelles missions qui porteront les sondes DAVINCI+ & VERITAS seront lancées entre 2028 et 2030 en direction de Vénus.

La planète Venus est la plus proche voisine de la Terre, et en dehors du programme Venera de l'URSS dans les années 60-70 et des quelques missions de la NASA, de l'ESA ou encore de la JAXA, elle n'a pas reçu beaucoup de visites.

Cette nouvelle phase d'exploration a pour objectif de comprendre comment Vénus est devenue un monde aussi inhospitalier, alors qu'elle a peut-être été la première planète habitable du système solaire.

Petit rappel de la météo sur Venus : 95% de CO2, 3% de Diazote et une forte concentration de dioxyde de soufre, la pression atmosphérique est environ 93 fois celle de la Terre (~93 bars). Au niveau de la température sur place, pensez à prendre un brumisateur d'eau car les 462°C sont assez prenants.
Ces caractéristiques rendent complexe l'envoi de sondes, seules les sondes Venera de l'URSS ont réussi des atterrissages et des relevés.

Créé en 1992, le programme Discovery de la NASA a soutenu le développement et la mise en œuvre de plus de 20 missions et instruments. Ces sélections font partie du neuvième concours : Discovery 2019. Ce concours a permis de définir deux missions à forte valeur scientifique qui seront détaillées ci-dessous.

La NASA accorde environ 500 millions de dollars par mission pour leur développement. Chacune de ces missions devrait être lancée dans la période 2028-2030.

DAVINCI+ (Deep Atmosphere Venus Investigation of Noble gas, Chemistry and Imaging)

DAVINCI+ aura pour mission de définir la composition exacte de l'atmosphère de Vénus, sa formation et son évolution. La mission consiste à faire atterrir une sphère qui plongera à travers l'atmosphère de la planète, effectuant des mesures précises des gaz rares et des constituants de l'atmosphère de Vénus.

La sonde DAVINCI+ renverra en plus les premières images hautes résolution du sol de Vénus.

James Garvin du Goddard Space Flight Center à Greenbelt, Maryland, est le chercheur principal et assure la gestion de projet.

VERITAS (Venus Emissivity, Radio Science, InSAR, Topography, and Spectroscopy)

Émissivité de Vénus, Radio Science, InSAR, Topographie et Spectroscopie

VERITAS aura une mission très différente car elle a pour objectif de cartographier la surface de Vénus pour déterminer l'histoire géologique de la planète et comprendre comment elle s'est développée. Elle restera en orbite autour de Vénus avec un radar à synthèse d'ouverture (inSAR). Les équipements de bord permettront de faire un relevé de surface pour créer des reconstructions 3D de la topographie et valider si une tectonique des plaques et du volcanisme sont toujours actifs sur Vénus.

Elle permettra aussi de faire des relevés des émissions infrarouges de la surface pour définir le type de roche présent, qui est en grande partie inconnu, puis déterminera si les volcans actifs libèrent de la vapeur d'eau dans l'atmosphère. Suzanne Smrekar du Jet Propulsion Laboratory de la NASA en Californie du Sud, est la chercheuse principale. JPL assure la gestion du projet. Le Centre aérospatial allemand, en partenariat avec l'agence spatiale italienne et le CNES, fourniront le système de cartographie infrarouge.

Image d'artiste sonde VERITAS - Source : NASA / JPL

Deux démonstrateurs technologiques embarqueront à bord avec VERITAS & DAVINCI+

  • Deep Space Atomic Clock-2 est une horloge atomique spatiale construite par le JPL et financée par la NASA. Cette horloge ultra-précise contribuera à terme à permettre des manœuvres autonomes d'engins spatiaux et à améliorer les observations scientifiques radio.
  • DAVINCI+ hébergera un spectromètre d'imagerie compact des ultraviolets visibles (CUVIS) construit par Goddard. CUVIS effectuera des mesures à haute résolution de la lumière ultraviolette à l'aide d'un nouvel instrument. Ces observations seront utilisées pour déterminer la nature de ce qui absorbe la moitié des UV dans l'atmosphère de Venus.

Crédit photo : NASA/JPL-Caltech


Relu et corrigé par Julie



Join the conversation.