Astéroïde, un globe-trotter stellaire
ESA Astronomie

Astéroïde, un globe-trotter stellaire

Surcouf Le Breton
Surcouf Le Breton

Table des matières

Suite à une infographie au sujet des astéroïdes, récemment publiée par l'ESA (l'agence spatiale européenne), cela nous a donné envie de vous parler un peu de ces cailloux arpentant notre système solaire.


Définition

Mais avant d’aller plus loin, voici quelques définitions :

Astéroïde

Un astéroïde est un astre composé de roches, de métaux et de glaces ; et peux être de toute taille et est dépourvu d'atmosphère. Le réservoir principal d’astéroïdes est situé entre Mars et Jupiter : c’est la ceinture principale d’astéroïdes. Notons aussi la présence de la ceinture de Kuiper, suitée quant à elle au-delà de la dernière planète du système solaire : Neptune.
Certains astéroïdes circulent dans le système solaire, avec des trajectoires qui peuvent croiser ou être à proximité de l'orbite de la terre, on les appels des astéroïdes géocroiseurs (nous allons les détailler plus loin).

Vue d'artiste. © NASA/JPL-Caltech

Comète

La différence entre une comète et un astéroïde devient de plus en plus ténue au fur et à mesure des recherches. Cependant, la comète va différer de par la nature de son noyau et de sa trajectoire. En effet, son noyau est composé à environ 50% de glace. C’est justement cette glace et d’autres éléments tels que de la poussière, qui vont se sublimer (passé d’un état solide à un état gaz) pour créer cette caractéristique queue à l’arrière de la comète lors de son passage près du soleil.

La comète 45P / Honda-Mrkos-Pajdušáková. 2017 © Gerald Rhemann

Bolide

Voici un terme, que l’on n’entend pas souvent, et qui désigne un corp céleste qui rentre dans l’atmosphère terrestre (jusqu’ici c’est une étoile filante), mais qui est suffisamment gros (de l’ordre du kilogramme jusqu’à plusieurs tonnes) et qui s’observe en dessous de 80 km d’altitude. De ce fait, un bolide est très lumineux et reste plus longtemps dans le ciel qu’une étoile filante.

Le bolide le plus connu est celui de Tcheliabinsk, tombé en 2013 en Russie.

Météorite

Une météorite est un bolide (ou un fragment de bolide) précédemment cité, qui touche le sol terrestre. La plus grosse connue, est la météorite d’Hoba, situé en Namibie, sa masse est estimée à 60 tonnes !

La météorite d’Hoba. Source

La chasse aux astéroïdes

Mais reprenons cette infographie publiée par l'ESA. La voici, traduite en français.

Infographie : la chasse aux astéroïdes.

On peut constater que les astéroïdes d'environ quelques mètres, ne sont presque pas détectés, on en connaît à peine 0.1%. En effet, leur petite taille ne rend pas la chose facile. Mais ce n'est pas bien grave, car, à ce diamètre-là, peu d'entre eux touchent le sol. D'ailleurs, l'infographie précise qu'il en tombe un toutes les deux semaines. Mais en mode bolide ou météorite ? Elle ne le dit pas.

Là où les choses deviennent sérieuses, c'est avec un astéroïde d'environ 100m. Déjà son énergie d'impact pourrait être comparable à la plus grosse bombe nucléaire jamais conçue : la Tsar bombe russe. Les dégâts seraient considérables, mais pas cataclysmiques non plus. Leur nombre est estimé à 30 000, mais on en connaît que 18 %. Il en tomberait un une fois tous les 10 000 ans.

Ensuite, on passe aux astéroïdes qui ravageraient notre monde : ceux de 1 km de diamètre ! Ils sont tellement gros qu'on les connaît presque tous (80% sur les 5440 estimés) mais leur fréquence d'impact est de l'ordre de 1 million d'années.

Et pour finir, voici les extincteurs d'espères, ceux de plus de 1 km de diamètre. Ils sont au nombre estimé de 930, on en connaît 912. Les dinosaures en ont (probablement) fait les frais ; avec un astéroïde, devenu une météorite (c'est bien vous suivez), d'un diamètre d'au moins 10km. Même si,  il est discuté aujourd'hui, qu'une unique météorite n'est pas la cause principale d'une extinction massive d'espèces, elle bouleverserait à jamais la surface d'une planète.

Source : Your Discovery Science

Astéroïdes géocroiseurs

Afin d'être complet, il est important de parler des astéroïdes géocroiseurs, car ce sont eux la vraie menace pour nos vies. Ce sont des astéroïdes qui vont croiser l'orbite terrestre, ou vraiment très près. On en dénombrait environ 20 000 en 2019.

Ils sont classés en quatre groupes, en fonction de leur orbite vis à vis de la Terre :

  • Atira : leur orbite est totalement à l'intérieur de l'orbite de la terre (19) ;
  • Aton : leur orbite est majoritairement à l'intérieur de l'orbite de la terre (1500) ;
  • Apollon : leur orbite est majoritairement à l'extérieur de l'orbite de la terre (11 000) ;
  • Amor : leur orbite est totalement à l'extérieurde l'orbite de la terre (7 500).
Les types d'astéroïdes géocroiseurs.
Les types d'astéroïdes géocroiseurs.

Ils sont passés très près...

2020 VT

Voici un petit astéroïde nommé 2020 VT4,  qui détient le record de proximité avec notre planète : 374 km, le 15 novembre 2020. C'est simple, c'est la même distance que l'ISS (la station spatiale internationale). Cela dit, sa dimension modeste (entre 5 et 11m) n'aurait pas causé de grand dommage.

2020 QG

Mais 3 mois plus tôt, c'est 2020 QG qui détenais ce record. Désormais, c'est le deuxième astéroïde à être passé le plus près : PIA24037 Asteroid 2020 QG. Il est passé à seulement 2 945 km de la Terre, au-dessus d’océan indien le 16 août 2020 ! Il a frôlé l'atmosphère terrestre, qui va jusqu'à 1000 km d'altitude. Cependant, là aussi, il n'y avait rien à craindre si ce dernier était rentré dans notre atmosphère, car son diamètre est compris entre 3 et 6m.

L'orbite de 2020 QG a été modifiée par l'attraction terrestre. © NASA/JPL-Caltech / Source

Apophis, il était le plus dangereux !

L'astéroïde le plus dangereux était, jusqu'ici, Apophis (astéroïde 99942). Ce joli bébé de 340 m de diamètre a été découvert en 2004, et a été identifié comme une potentiel menace pour la terre avec un risque de collision en 2068. Mais de nouvelles mesures ont montré qu'il ne présentait finalement aucune menace.

Cependant sa trajectoire va tout de même le rapprocher très fortement de la terre en 2029. En effet, le 13 avril 2029, il va passer à 32 000 km de notre planète bleue, soit plus près que certains de nos satellites géosynchrones. À cette distance, il sera visible à l'œil nu, sur la partie Est de notre hémisphère (Europe de l'Est, Afrique, Asie, Océanie).

Apophis vu par des antennes radio, chaque pixel a une résolution de 38,75 mètres. © NASA/JPL-Caltech and NSF/AUI/GBO

Davide Farnocchia du Center for Near-Earth Object Studies (CNEOS) de la NASA, nous rassure au sujet d'Apophis:

Nos calculs ne montrent aucun risque d'impact pour au moins les 100 prochaines années.

On le voit, la meilleure défense contre les astéroïdes est la surveillance. Reste à savoir qu'elle sera la solution si on découvre qu'un d'entre eux est sur la trajectoire de notre planète bleue.



Join the conversation.